NOUS CONTACTER

Numéro de telephone : +33 4 75 61 04 02

  • Blanc Icône Instagram
1/41

PRESENTATION

 

L’artiste a pris Pan, le dieu grec, créature mi homme mi bouc, comme figure centrale de son travail. Pan est à la base étymologique des mots : panique, panorama, panthéon. Il est le corps dissolu dans le paysage, il est aussi le cosmos dans le paganisme. Pan est le destructeur du lien social, il est dangereux pour la civilisation.

C’est quand le lien se défait dans une société que se révèlent les caractères, que s’affiche le comportement dans l’altérité. Une altérité qui va se noyer dans la négativité jusqu’à la reconnaissance des victimes.

Pan est un satyre, il personnifie et condense le rapport ambivalent et ambigu qu'une société a avec l'Autre, l'étranger, le différent. Ce satyre là est donc la proie des fantasmes, des phobies ou de la haine dans l'imaginaire d'un groupe. Il lui sert de cohésion lorsqu'il le rejette d'une manière ou d'une autre. Il subit ou provoque la violence. Ce type d'être est à la fois animal et homme, certainement parce qu'il est la manifestation de l'irrationalité et de l'irraisonné d'une société... il se déplace dans la nature, il y rencontre une Arcadie où la mort est tout aussi ravageuse et "invue"... que la beauté, y est manifeste...

La démarche de Thomas Plasschaert s'assoit sur un savoir ancien et c'est cela même qui lui permet d'avoir une vision juste de notre monde contemporain. Ce travail artistique de facture apparemment traditionnelle pose toutefois des problèmes pertinents et tout à fait actuels... L’artiste au travail se pose dans un entre deux, un infra- mince, que la subjectivité va tenter de formaliser, à travers des « prises » de contact ou des écarts.

Mars 2012. Les enfants du Facteur

 

VUES D EXPOSITIONS